Glossaire

Petit glossaire de l'opéra

 

Argument: scénario d’un opéra.

Aria (air): mélodie vocale ou instrumentale, interprétée avec ou sans accompagnement, elle symbolise le moment où l’action s’arrête et laisse le personnage exprimer ses sentiments. Employé surtout à l’opéra, l’aria met en valeur la voix du soliste.

Ballad opera: forme d’opéra combinant des dialogues parlés, des danses et des chansons populaires reprenant les airs d’anciennes ballades. Un exemple typique de ce genre très apprécié au 18e siècle en Angleterre est The Beggar’s Opera de John Gay (1728). L’équivalent allemand du ballad opera est le Singspiel.

Baroque: période de l’histoire de la musique généralement définie comme allant de Monteverdi (1600) à Bach (1750). Les opéras baroques se caractérisaient par des intrigues fantaisistes et de libres ornements vocaux.

Baryton: voix masculine moyennement grave, elle est associée à une grande variété de personnages au 18e siècle, puis plus particulièrement aux rôles de méchants au 19e siècle.

Basse: voix masculine la plus noble, la basse est souvent associée à des rôles d’hommes sages et d’âge mûr, parfois à des rôles comiques.

Bel canto: littéralement "beau chant" en italien, le bel canto est un style richement orné, qui exige une grande virtuosité vocale et une technique irréprochable de la part des interprètes. Apparu vers la fin du 17e siècle, il est resté populaire jusqu’à la fin du 19e.

Castrat: chanteur à la voix aiguë obtenue par l‘émasculation pratiquée avant la mue. Les castrats conservaient leur voix enfantine tout en bénéficiant du volume sonore produit par la capacité thoracique d'un adulte. Leur virtuosité, l’étendue et la puissance incomparables de leur voix furent très populaires dans l’opéra italien des 17e et 18e siècles. Cette pratique provenait de l’interdiction faite aux femmes de se produire en public. Elle fut condamnée à la fin du 18e siècle, entraînant la disparition des derniers castrats au début du siècle suivant. Leurs rôles sont aujourd’hui interprétés par des contre-ténors ou des mezzo-sopranos.

Classique: période se situant entre les ères baroque et romantique, de 1750 à 1830 (grosso modo de la naissance de Mozart à la mort de Beethoven). Les opéras de cette époque réunifient le texte et la musique et sont plus épurés que les œuvres baroques.

Colorature: mélodie très élaborée, caractéristique du bel canto italien, comme l’Air de la Nuit dans La Flûte enchantée (Mozart, 1791). Par extension, désigne aussi l’interprète d’airs à colorature, autrefois des castrats, désormais des sopranos et mezzo-sopranos féminins ou masculins. 

Comédie musicale: pièce de théâtre héritière de l’opérette, elle comprend musique, chansons et danses.

Contralto: voix féminine sombre, noble et pathétique, assez rare à l’opéra. Elle est souvent associée à des rôles de femmes âgées, servantes, mères, grands-mères ou sorcières. Le terme ‘contralto’ désigne une catégorie de voix, à ne pas confondre avec ‘alto’, qui correspond à un pupitre dans un chœur, dont les parties ne sont pas forcément chantées par des voix de contraltos.

Contre-ténor (ou soprano/alto masculin): voix masculine utilisant la technique de la voix de fausset. Le contre-ténor a connu ses heures de gloire au cours de la Renaissance et pendant la période baroque, puis a pratiquement disparu jusqu’à la redécouverte de cette musique, dans la seconde moitié du 20e siècle. A ne pas confondre avec la "haute-contre", qui est une voix de ténor très aiguë.

Finale: à l’opéra, dernière partie d’un acte ou de l’œuvre entière. Il est chanté soit par l’ensemble des rôles principaux, soit par tous les personnages réunis sur scène.

Leitmotiv: thème musical (mélodie, accord, rythme) associé à un personnage, une idée, un état d’esprit ou un lieu. Wagner l’a utilisé dans tous ses grands drames musicaux, non seulement pour rappeler un thème mais aussi pour montrer comment il se modifie au cours de l’intrigue.

Libretto (livret): texte d’un opéra, signifie "petit livre" en italien. Il est le plus souvent rédigé par des auteurs ou des poètes (alors appelés librettistes), parfois par le compositeur lui-même.

Mezzo-soprano: voix féminine de  hauteur moyenne. Avec une voix plus grave et chaleureuse que les sopranos, la mezzo-soprano joue habituellement des personnages secondaires de femmes matures, de nourrices, de traîtresses, de sorcières, de tentatrices ou même de jeunes garçons.

Opéra: œuvre dramatique mise en musique et chantée. Plus vocal en Italie, plus théâtral en Allemagne, plus visuel en France, l’opéra peut être divisé en deux grandes branches : l’opera seria (sérieux) qui s’apparente à la tragédie et basé sur des sujets mythologiques ou historiques ; et l’opera buffa, tourné vers la comédie, avec des personnages tirés de la vie quotidienne.

Opéra comique: pièce musicale française comprenant des dialogues parlés, équivalent du Singspiel allemand et du ballad opera anglais. Malgré son nom, les sujets d’opéra comique pouvaient être graves, comme dans Carmen de Bizet (1875).

Opérette: "petit opéra" de caractère léger, l’opérette alterne dialogues parlés, chants et danses. Très populaire fin 19e-début 20e à Paris et Vienne, elle se différencie de l’opéra comique par le choix des sujets, toujours joyeux. Citons comme exemples Orphée aux Enfers de Jacques Offenbach (1858), La Chauve-Souris de Johann Strauss (1874) et La Veuve joyeuse de Franz Lehár (1905).

Ouverture: pièce musicale qui débute l’opéra, souvent en présentant les principaux thèmes.

Prima Donna: la "première dame" est la cantatrice qui tient les premiers rôles à l’opéra. Le terme apparut au 19e siècle alors que la disparition des castrats ("primo uomo") les fit accéder à une popularité sans pareille. Synonyme de "diva" ("déesse" en italien).

Récitatif: phrases chantées librement, sur un ton plus proche de la déclamation que du chant. Dans un opéra, le récitatif sert souvent à raconter les événements et faire avancer l’intrigue, tandis que l’air (ou aria) met l’accent sur les émotions.

Romantisme: succédant à la période classique, le romantisme (1830 - début 20e siècle) s’est épanoui au 19e siècle notamment dans les opéras de Verdi, Tchaïkovski et Wagner. Il s’oppose à la rigueur classique par sa liberté d’écriture et l’exaltation des sentiments.

Singspiel: pièce allemande parlée et chantée, au sujet léger ou comique. Elle est similaire à l’opéra comique français et au ballad opera anglais. L’Enlèvement au Sérail (1782) de Mozart est un Singspiel viennois traditionnel, alors que La Flûte enchantée (1791) y mêle des éléments d’opera seria.

Soprano: voix féminine la plus haute, celle des plus grands rôles du répertoire, héroïnes tragiques ou mythiques, mais aussi soubrettes, ingénues et autres personnages sympathiques.

Ténor: voix la plus aiguë chez les hommes chantant en voix de poitrine, la plus populaire à l’opéra. Les rôles du ténor sont parallèles à ceux de la soprano : ce sont souvent ceux du héros ou de l’amoureux, mais parfois aussi de méchants.

Tessiture: "texture" en italien, qualifie l’étendue des notes qu’un chanteur peut atteindre facilement, c’est à dire sans les extrêmes. L’ambitus, lui, désigne la totalité des notes atteintes, de la plus haute à la plus basse.